Thaïlande : endroits en vert

Thaïlande : endroits en vert

THAÏLANDE

THAÏLANDE : ENDROITS EN VERT

Tiphaine Mallégol

26 Juillet 2019

Si l’augmentation constante du nombre de touristes étrangers a joué un rôle moteur dans la croissance économique du pays et représente aujourd’hui 10 à 15 % de son PIB, le modèle du tourisme de masse est questionné en raison des dégâts importants qu’il occasionne. Les autorités thaïlandaises en charge du tourisme (Tourism Authority of Thailand – TAT) développent des initiatives pour valoriser l’économie locale et la découverte du Pays du Sourire dans le respect des populations et de l’environnement, offrant ainsi de voyager autrement et de manière plus responsable.

Selon une étude conjointe de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’industrie du tourisme est responsable de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 40 % sont imputables au transport aérien, 32 % au transport terrestre, 3 % aux autres moyens de transport, 21 % à l’hébergement et 4 % aux diverses activités touristiques. 

Ainsi, le tourisme de masse accroît la consommation de carburant en générant de nouveaux déplacements, mais il provoque d’autres types de dégâts sur l’environnement : par exemple la construction d’infrastructures touristiques pas toujours respectueuses, l’importante quantité de déchets jetés, la surconsommation d’eau et d’électricité, les eaux usées envoyées par les hôtels dans la mer détruisant les plantes maritimes indispensables à l’alimentation de poissons et à la construction de coraux (également affectés directement par les activités de plongée). Cependant, le développement du tourisme mondial peut se révéler comme un encouragement à la protection de l’environnement, les régions touristiques ont intérêt à préserver leurs atouts naturels, voire à les développer. Alors, Thaïlandais ou étrangers, quelles sont les alternatives pour voyager mieux dans le Royaume

Respirez, vous voyagez…

Apprécier les voyages tout en prenant soin de l’environnement se traduit par des pratiques concrètes que la TAT a inscrites dans une Déclaration de protection de l’environnement pour un tourisme durable. Deux résultats escomptés : un modèle de tourisme durable et la réduction des effets du tourisme sur le changement climatique. 

L’idée est de mettre en valeur un autre visage de la Thaïlande, authentique et préservé, qui fait le bonheur des amoureux de la nature. Bien sûr, il est possible de voyager autrement dans les destinations déjà bien établies comme Phuket avec ce que l’on appelle le «community-based tourism», la découverte des traditions et la rencontre des communautés locales. Les réserves naturelles constituent cependant une alternative de choix, peu visitées pour certaines et offrant de magnifiques paysages, une nature spectaculaire et sauvage, parfois incontrôlable comme dans les forêts primaires du centre et du littoral du pays. Par exemple, le parc national de Khao Yai ou la baie de Phang Nga avec ses superbes chutes d’eau et ses villages authentiques. Seules 25 provinces sur 76 sont aujourd’hui exploitées sur le plan touristique alors découvrons encore de nouveaux horizons…

L’éthique dans le choix de vos activités et des professionnels qui vous accompagneront est primordiale, en particulier dans le cadre des échanges avec les communautés locales et la découverte de la faune et la flore. Choisissez des tours ou des lieux qui respectent un certain nombre de critères qualitatifs afin que la région soit préservée de manière durable : fourniture d’emballages biodégradables, traitement des déchets, choix d’hôtels sensibles aux enjeux environnementaux, marche, vélo ou train plutôt que d’autres moyens de transport.

DESTINATIONS RESPONSABLES – LATITUDES TOP 5

  1. Le parc national de Khao Sok est l’un des habitats naturels les mieux protégés. Testez un séjour à Our Jungle Camp et contribuez à leurs efforts d’éducation et de sensibilisation des enfants à la protection de l’environnement dans les écoles locales. Les cabanes dans les arbres, les bungalows et les huttes du camp sont construits à partir de bambou et de matériaux renouvelables. Ils donnent l’exemple en réduisant leur consommation d’énergie, en renonçant à la climatisation et à la télévision, en réduisant les déchets plastiques avec de l’eau purifiée à disposition pour tous et en possédant leur propre ferme biologique. 

 

  1. Le parc national de Doi Inthanon, situé à environ 115 km de Chiang Mai, constitue en raison de son altitude (2565 m) un sanctuaire pour une grande variété de plantes, d’oiseaux, de myriades de papillons, d’ours noirs ainsi que différentes espèces de singes. Les deux pagodes royales connues sous les noms de Phra Mahathat Naphamethanidon et Phra Mahathat Naphaphonphumisiri, avec leurs magnifiques jardins et vues panoramiques, sont incontournables tout comme la grotte de Tham Borichinda avec ses superbes stalactites et stalagmites.

 

 

 

  1. Dans la région de Kanchanaburi, les paysans locaux proposent aux voyageurs un concept intéressant d’’agrotourisme, avec au programme récolte de riz, culture de la canne à sucre et de la banane et ateliers tissage.

 

 

 

  1. Pensez aux petites îles écoresponsables telles que Mak ou Talu. La dernière est un petit paradis naturel situé à 4 h de Bangkok, île verte loin de ses grandes sœurs Ko Tao ou Ko Samui qui attirent davantage les fêtards. Ko Talu est une île privée, son développement en tant qu’ecoresort a permis de lutter contre la destruction massive de l’écosystème marin par la pêche massive et de redresser l’économie locale en employant la population locale dans les structures touristiques de l’île.

 

 

  1. Durable peut-il se révéler aussi compatible avec le luxe? Sur la petite île de Ko Yao Noi, entre Krabi et Phuket, dans un environnement renversant de beauté, le Six Senses propose 55 villas lovées dans la végétation. L’accent est mis sur l’optimisation de la consommation d’énergie, le traitement de l’eau et des déchets, l’engagement social, la protection de la nature et le contrôle de la qualité de l’air. Un jardin biologique est utilisé pour les repas et le lieu offre une large gamme de soins de bien-être holistique selon des méthodes traditionnelles et naturelles. 

«How to be 7 green»

La TAT développe 7 concepts verts pour donner une idée de ce qui fait le tourisme responsable en Thaïlande : cœur vert, logistique verte, attractions vertes, activité verte, communauté verte, services écologiques et Green Plus. Le «Green à la carte» est son guide du tourisme responsable. Le voyageur peut choisir son parcours comme il dégusterait un repas avec une destination verte différente pour l’apéritif, le plat principal ou le dessert. Un large panel de manières «vertes» de voyager sont également présentées : des routes vertes de Sukhothai aux circuits dans les réserves khmères en passant par le Royaume de Lana; les services verts ou encore les activités vertes, par exemples trois ateliers pour découvrir la vie traditionnelle du Nord et du Sud thaïlandais au cœur de ses villages (Pa-Ngiam Homestay, Baan Doi Din Daeng Pottery, Varni Southern Wickery).

Les curieux s’intéresseront également aux efforts entrepris par les autorités pour protéger les océans avec un projet de collecte des déchets nommé «Upclycling the Ocean» qui a débuté à Ko Samet – en 5 h à peine, un groupe de 100 volontaires a réussi à récupérer 700 kilogrammes de déchets! – ainsi que des cours de plongée responsables qui n’endommagent pas les fonds marins. D’autres initiatives telles que «Trash Hero» Ko Chang ou encore Ko Tao sont également connues. Le gouverneur de la TAT, M. Yuthasak Supasorn, indique que les pouvoirs publics sont bien «conscients que plusieurs destinations touristiques en Thaïlande se détériorent en raison de problèmes environnementaux tels que la pollution par les déchets et les eaux usées due à une gestion inefficace» et souhaitent «créer un réseau de collaboration entre les parties prenantes afin d’encourager la durabilité environnementale.» 

Sur ce site, nous trouvons un classement des villes les plus vertes du monde et sommes surpris de voir Bangkok en faire partie grâce à son «poumon vert “Bang Kra chao. Nous conseillons d’y louer un vélo pour parcourir la presqu’île et de dormir dans une cabane haut perchée au bord de la Chao Phraya à Bangkok Tree House qui possède un ‘alphabet vert ‘: du ‘Air quality control’ au ‘Zero waste goal’ en passant par ‘Energy Efficient Lighting’ et ‘Trash-free river’, une célébration de la nature au cœur de la capitale. 

La Thaïlande produirait plus de 25 millions de tonnes de déchets par an. Pour remédier à ce problème, le gouvernement a publié un livret pédagogique intitulé ‘Mission zéro déchet’ avec des suggestions utiles sur la manière de réduire, réutiliser, recycler les déchets. On apprend également sur le site que le pays développe d’ores et déjà son parc de taxis électriques : 150 bahts pour les deux premiers kilomètres et 16 bahts par kilomètre suivant. Cette flotte de taxis devrait s’étendre à 1000 véhicules en 2019. La TAT cherche également à éveiller de manière originale et artistique la conscience environnementale, culturelle et sociale des habitants et des visiteurs en plaçant le tourisme responsable au cœur d’une brillante série documentaire de voyages : ‘The Seasons’. 

Au gré des trois saisons… ‘Winter is not coming

Ces 12 épisodes de 3 minutes sont dévoilés progressivement depuis novembre 2018 et jusqu’à octobre 2019 et font suite au succès de la première série ‘Insight Thainess’. M. Tanes Petsuwan, gouverneur adjoint de la TAT pour la communication, estime que la série ‘continue à promouvoir les valeurs thaïlandaises (…) tout en mettant l’accent sur l’importance du tourisme durable et responsable, chaque épisode racontant des histoires inspirantes du Royaume à travers trois moments magiques de l’année.’ 

Cette sublime série composée d’images de paysages plus beaux les uns que les autres, sans commentaires et simplement accompagnées de musiques délicates, invite au voyage responsable en révélant le mode de vie unique du peuple thaïlandais et les écrins naturels, parfois méconnus, de différentes régions. Il y a quatre épisodes pour chacune des trois saisons de la Thaïlande : pluvieuse (mars à octobre), fraîche (novembre à février) et estivale (mars à mai). 

Les épisodes déjà publiés présentent diverses destinations à travers le pays, notamment Hala Bala (à Yala et Narathiwat), Hin-Sam-Wan (à Bueng Kan), Wat Phra Bat Pu Pha Daeng (à Lampang), Doi Pha Mi (à Chiang Rai), Libong (à Trang), les 1000 pagodes de Ko Khao Yai (à Satun), Thale Noi (à Phattalung), Sam Phan Bok (à Ubon Ratchathani) et Ko Pha Luai (à Surat Thani).

Restez connectés sur TATnews car 3 nouveaux épisodes vont nous éclairer sur la magnificence de la Thaïlande et sur le site de Latitudes car le prochain article tourisme arrive en août à propos de la gastronomie dans les destinations émergentes…

Related Posts
No Comments

Post A Comment