DOUBLE EFFET KIS SCHOOL

DOUBLE EFFET KIS SCHOOL

BANGKOK

DOUBLE EFFET KIS SCHOOL

Tiphaine Mallégol

18 Juin 2019

Située au cœur de Bangkok, où elle propose les programmes du baccalauréat international, l’école internationale KIS vise à créer une communauté innovante et bienveillante qui offre à tous les étudiants savoir, inspiration et volonté (leur devise).

La belle histoire de Saloni et Saniya, étudiantes à KIS depuis la maternelle et créatrices de la Fondation Aboli, représente un fleuron de ces valeurs.

De KIS à l’ONG – SAVOIR

En 1998 est créée l’école internationale KIS. Vingt ans plus tard, en 2019, se tient une première réunion d’anciens étudiants qui structure la communauté avec pour objectif d’encourager ses membres à relever des défis au service de la collectivité en s’appuyant sur la philosophie de l’école.

C’est ainsi que deux sœurs, Saloni, qui passera son diplôme cette année et Saniya, déjà alumna, mettent sur pied la fondation caritative Aboli Foundation, qui a récemment obtenu le statut d’ONG. Celle-ci aide les enfants défavorisés dans des écoles en Inde à accéder aux soins de santé et dentaires, à bénéficier de repas nutritifs ainsi qu’à profiter de différents supports éducatifs.

Fidèle à ses principes, l’école les a soutenues en mettant en lumière leur propre capacité à faire avancer les choses et à façonner l’avenir. La communauté KIS les a également aidées concrètement en organisant une collecte de livres et de jouets et en leur permettant de recevoir une quantité incroyable de dons.

De la rizière à l’école – INSPIRATION

La mère de Saloni et Saniya est originaire de Mahim, un petit village situé à 100 kilomètres au nord de Bombay, un lieu magnifique où les deux sœurs ont passé leurs étés en famille, au rythme de balades à vélo le long des fermes et des rizières.

Observant le fort contraste entre les conditions d’enseignement dans leur école en Thaïlande et dans l’établissement local, Temki Paada, elles décident d’agir positivement dans le cadre d’un projet personnel. Ainsi voit le jour la Fondation Aboli en 2016, avec pour objectif initial de soutenir les écoles locales en leur fournissant vêtements, livres et jeux.

Après avoir échangé avec les écoliers de la région, elles comprennent cependant que leurs besoins ne se limitent pas à de simples fournitures scolaires. Les enfants manquent de confiance en eux et de reconnaissance par rapport à leur personnalité et leurs origines. Pour que cela évolue, les sœurs décident de les rendre fiers de leurs racines tout en leur faisant découvrir le monde au-delà de leur communauté.

Des livres à la santé et aux arbres – VOLONTÉ

C’est à travers cet objectif qu’elles commencent à organiser des campagnes permettant de donner cette ouverture aux enfants tout en les encourageant à valoriser leur culture. Avec l’aide de volontaires, d’un professeur de physique, de deux pédiatres et d’un dentiste, elles créent un « camp de santé » et un « camp de sciences » pour trois écoles réunissant une centaine d’étudiants.

Par ailleurs, elles prévoient d’emmener leurs élèves de troisième et quatrième années visiter un planétarium et une réserve naturelle. Elles développent également l’initiative « Planter un arbre », dans le cadre de laquelle les étudiants suivent l’évolution d’un arbre et assistent à des cours de botanique.

On comprend dès lors pourquoi la Fondation Aboli est récemment devenue une ONG enregistrée en Inde. Saloni et Saniya envisagent également d’inviter des étudiants et des volontaires du monde entier à se rendre à Mahim en décembre pour participer au « camp de santé ».

« Le changement ne se fait pas du jour au lendemain, mais étape par étape. »

Pour soutenir l’ONG :

No Comments

Post A Comment