Sandy Rivera, King of Tonight

Sandy Rivera, King of Tonight

NIGHTLIFE

Sandy Rivera, King of Tonight

Chom’s

6 Decembre 2018

Time marches on, never ending… Ainsi commence l’un des plus beaux et des plus emblématiques morceaux vocaux de la House Music. De ces tracks qui traversent le temps et l’espace pour devenir des classiques. Sorti en 2001 sur le désormais célebrissime label Defected, Finally n’a pas pris une ride près de deux décennies plus tard.

Son créateur, Sandy Rivera, non plus. Kid latino, il a débuté aux platines à 13 ans, dans le Spanish Harlem de son enfance. Devenu DJ et producteur de House depuis le début des années 90, patron de label et moitié la plus connue du duo Kings of Tomorrow (KOT), il a travaillé avec quelques-unes des plus belles voix du milieu et aux côtés des plus grands producteurs, de Robert Owens à Jon Cutler, de LT Brown à Roland Clark et bien sûr Julie McKnight, de Franck Roger aux Masters at Work.

Aujourd’hui, il s’invite toujours dans les cabines les plus prisées de la planète, de New York à Ibiza… ou de Phuket à Bangkok.

Constamment entre deux avions, Sandy est un homme pressé. Nous avons tout de même eu le plaisir de rencontrer cette légende au Club at Koi, actuel avatar de l’ancien Ku De Ta/Ce La Vi, à l’initiative d’Alex iMix, quadra russe passionné de musique qui consacre son immense énergie à apporter de la musique de qualité à la Grosse Mangue et y organise avec abnégation les soirées mensuelles Starlight Saturday. En fond sonore résonnait l’un des hits les plus fameux du DJ new-yorkais, qui résume parfaitement le personnage : I Can’t Stop!

Sandy, vous êtes souvent venu en Thaïlande, quel est votre lien avec ce pays ?

Je suis venu plusieurs fois à Phuket, Koh Samui, Krabi, à Koh Phi Phi et à Bangkok. J’ai adoré tous ces endroits, mais de nombreux clubs ont fermé ou ont changé de format musical et de nombreux autres lieux ont ouvert. La scène est en perpétuel renouvellement et on a le choix parmi tant de styles de musique différents…

La soirée au Club at Koi s’est très bien passée et c’est un super endroit. À Phuket, j’ai joué au Dream Beach Club, qui s’appelait Nikki Beach avant. Dans le passé, j’ai joué plusieurs fois au Egg Club à Bangkok et je me suis toujours bien amusé. Je ne connais que les endroits où je joue. Il y a tant de scènes et de festivals importants dont j’ignore tout…

Vous avez fait une compilation Defected pour le Nikki Beach Samui il y a quelques années, qu’est-ce que ce projet avait de particulier ?

J’aime beaucoup ce mix. Defected m’a demandé de le réaliser et j’étais très heureux de le faire, car j’avais joué dans cet endroit auparavant et le projet avait donc du sens.

Vous êtes un King of Tomorrow depuis de nombreuses années, comment voyez-vous l’évolution de la House Music ? Est-ce toujours la musique de demain ?

La House Music existe dans de nombreux formats. C’est la musique la plus jouée dans les bons clubs du monde entier. Il su t de voir ce qui se passe à Ibiza. Je suis heureux d’en faire intégralement partie.

Finally, jouez-vous toujours ce morceau ?

Absolument ! C’est un hymne qui n’a pas pris une ride. J’ai la chance d’avoir réinterprété cette chanson de nombreuses manières di érentes. Elle a changé ma vie. C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles je peux toujours faire ce que je fais. Jess Glynne vient juste de sampler la ligne de basse que j’ai créée et elle est pratiquement dans le top 10 des charts britanniques ; elle apparaît également sur la A-list de la BBC 1. D’ailleurs, j’ai d’autres bonnes nouvelles, des pubs télé qui arrivent avec elle, mais je ne peux pas encore citer le nom de la marque…

www.facebook.com/sandyriveradj
www.facebook.com/IamAlexImix

Related Posts
Tags:
,
No Comments

Post A Comment