On s’attache à Mustache

On s’attache à Mustache

NIGHTLIFE 

On s’attache à Mustache

Latitudes Team

14 Decembre 2017

Ancien manager au mythique Q-Bar, acteur de longue date de la nuit bangkokoise et organisateur d’événements reconnu, le Belge Olivier Alexandre a créé Mustache en février 2015. D’abord un after très couru, l’endroit est devenu une référence pour les amateurs de techno et de house.

Comment voyez-vous l’année 2018 pour Mustache ?
Une année en pleine évolution et de nouveaux projets. Nous avons commencé à organiser des événements à l’extérieur. Le premier, au Sing Sing Theater, m’a donné envie de m’ouvrir et d’organiser de plus gros événements voire même un festival. A suivre…

Vous défendez une musique de qualité, qu’est-ce qui dirige vos choix pour faire jouer un artiste à Mustache ?
J’ai fait jouer des centaines de Djs, locaux et internationaux, mais nous avons finalement décidé de nous concentrer sur les djs locaux comme Neverest, Soi Dogs, Flux, Blast, ou No Sleep Crew, qui comprennent le public de Mustache. Au bout du compte, Mustache est un endroit ou les amateurs de house et de techno se rencontrent chaque week-end…

Quelles sont les pires difficultés que vous ayez rencontrées dans la direction d’un tel endroit à Bangkok ?
Les heures de fermeture ont toujours constitué un réel problème. Au début, Mustache fermait très tard : 6 h du matin. Après le décès du roi, les militaires ont sanctionné, voire même arrêté définitivement beaucoup de clubs d’after. Nous avons donc décidé de fermer plus tôt et de changer un peu notre image. Désormais nous offrons même la possibilité de dîner sur le rooftop avec notre nouvelle pizzeria “Lapizza” ouverte il y a 1 mois. C’est vraiment cool d’avoir cet endroit où manger un morceau et rencontrer des clients que je croisais seulement au cours de la nuit. J’ai maintenant des échanges bien plus intéressants avec eux avant de commencer la soirée.

Si vous pouviez programmer n’importe quels artistes, vivants ou morts, pour mettre en place le line-up de vos rêves, qui choisiriez-vous ?
Carl Cox, Chris Liebing, Adam Beyer, Jeff Mills et bien d’autres que je rêve de booker un jour sur mes nouveaux projets de festivals en plein air.

Le festival auquel vous allez aller ?
Je compte prendre une bonne dose de techno à Wonderfruit avec Richie Hawtin ! J’adore ce genre de festival en plein air, cela me fait penser aux bons moments de ma jeunesse en Belgique.

Votre meilleur souvenir de gig à Mustache ?
Nakadia a été l’une de mes favorites. Elle est pleine d’énergie, la musique était d’un très haut niveau et il y avait une ambiance de dingue sur le dancefloor. Mais j’ai eu beaucoup de bons sets de DJs locaux avec une aussi bonne atmosphère… On fait toujours la fête à Mustache, c’est un endroit magique que tu ne trouves nulle part ailleurs.

Quand vous n’êtes pas à Mustache, où allez-vous pour écouter de la bonne musique à Bangkok ?
Je suis à Mustache tous les week-ends donc je vais rarement dans d’autres clubs. Mais si j’ai l’occasion, je préfère m’évader à des événements comme Kolour, dans un endroit inconnu au milieu de nulle part.

Finalement, qu’est-ce que la musique pour vous ?
La musique est l’expression de son âme, de sa culture, de son peuple. C’est un cri ou un son qui vient de l’intérieur, de n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur et qui nous fait danser ou changer d’humeur. Pour moi, la musique est comme de l’eau, il m’en faut pour vivre.

www.facebook.com/themustache.bangkok

Related Posts
No Comments

Post A Comment