L’asie du sud-est 2019

L’asie du sud-est 2019

VILLAGE GLOBAL

L’ASIE DU SUD-EST 2019

Des routes embouteillées ?

Tiphaine Mallégol

18 Juin 2019

L’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec), basé à Bangkok, mobilise une vingtaine de chercheurs et d’experts de tous horizons disciplinaires et académiques pour décrypter l’actualité des 11 pays de la région et leurs évolutions politiques, sociales et environnementales.

Douze ans après son lancement, l’édition 2019 de L’Asie du Sud-Est constitue un précieux outil d’analyse des enjeux économiques et stratégiques. Une publication scientifique de grande envergure, unique en langue française, et qui se révèle à nouveau indispensable pour appréhender les défis qui structurent les relations internationales.

La collection permet de suivre les grands enjeux contemporains de plus de 640 millions d’habitants et d’en comprendre les dynamiques d’intégration régionale et les liens avec le reste du monde. L’Asie du Sud- Est (Myanmar, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour,Thaïlande,Timor- Leste,Vietnam) – carrefour économique, culturel et religieux – constitue en effet un espace unique d’articulation des diversités sur la longue durée.

Christine Cabasset et Claire Tran, co-directrices de l’ouvrage, introduisent le propos avec « les défis d’un développement durable ». Elles mettent en parallèle les enjeux environnementaux, notamment climatiques, la question démographique, la marche urbaine et les « pièges de la dette », c’est-à-dire l’incapacité des pays à rembourser les investissements chinois, se trouvant ainsi menacés par la perte d’une partie de leur souveraineté sur des infrastructures et villes stratégiques.

Cette entrée en matière souligne également la reconfiguration des équilibres régionaux, avec le maintien des démocraties et des sociétés civiles connectées, particulièrement mobilisées sur les questions de corruption et de scandales écologiques, où le défi d’une révolution 4.0 deviendrait alors la pierre angulaire d’un véritable développement durable.

Les dossiers thématiques abordent cinq sujets traités à l’échelle régionale : les dynamiques démographiques, les formes et processus d’urbanisation des grandes villes, le modèle de développement des zones franches d’exportation, les nouvelles routes de la soie dans le cadre des investissements chinois, ainsi qu’un état des lieux sur la peine capitale. Les articles, à la fois pertinents et approfondis, portent sur des sujets au cœur de l’actualité de ces derniers mois.

Bruno Jetin s’attaque par exemple à un sujet épineux des sciences politiques contemporaines en soulevant la question des nouvelles routes de la soie (NRS) et des investissements chinois : gagnant-gagnant ? L’initiative lancée par le président Xi Jinping en 2013 marque selon lui un tournant dans les relations entre la Chine et le reste du monde.Après la période d’an- nonce, les pays d’accueil découvrent que les projets chinois ne sont pas toujours à leur avantage et qu’ils créent une dette difficile à rembourser. L’auteur décline les exemples de différents pays, comme le Sri Lanka, contraint d’accorder à la Chine la propriété de nombre d’infrastructures, « un signal d’alerte pour beaucoup de pays », et aboutit à la conclusion que les NRS entrent dans une deuxième phase au cours de laquelle la Chine va devoir prouver que ces accords sont profitables pour tous les pays concernés et pas seulement pour l’Empire du Milieu.

Jeudi 18 avril, l’Irasec a présenté à l’Alliance française l’édition 2019 de sa publication annuelle L’Asie du Sud-Est, Bilan, enjeux et perspectives. Le lancement a été ouvert par la directrice de l’Alliance française Pascale Fabre, l’ambassadeur de France en Thaïlande Jacques Lapouge et la directrice de l’Irasec, Claire Tran. Plus de 70 personnes ont participé au débat animé par la journaliste Carol Isoux avec 4 des 18 auteurs de l’ouvrage.

Une autre étude, celle de Guillaume-Vincent Simon « la peine de mort en Asie du Sud-Est : l’abolitionnisme à la peine », fournit de précieuses clés de compréhension sur cette région du monde, qui semble «imperméable à la cause abolitionniste et intraitable sur l’application de la peine capitale ». Selon lui, force est de constater que rien ne serait fait pour permettre à la population de se forger une opinion faute d’accès à des informations objectives et en l’absence de débat public. Par ailleurs, le facteur religieux n’aurait nulle influence sur ce sujet.

L’analyse par pays illustre une actualité très riche, notamment politiquement, puisque plusieurs élections ont eu lieu dans la région en 2018. En Thaïlande, Stéphane Rennesson insiste sur l’appétence de la population pour une consultation démocratique, illustrée par une multiplication de nouveaux partis politiques et l’engagement de la société civile au « niveau villageois » en opposition au caractère hiérarchique de l’État Au Vietnam, ClaireTran souligne un renforcement du parti communiste et cette phrase du nouveau président «jamais le parti n’a été aussi corrompu».Au Timor-Leste, Christine Cabasset parle d’une certaine violence dans le débat politique. En Indonésie, Gabriel Facal relève une crispation sur le fait religieux.

L’ouvrage est ponctué, comme dans les précédents, par des « arrêts sur images » et des « portraits » fascinants. Relevons le cliché de la pollution atmosphérique à Bangkok, qui met en exergue un défi dont les autorités prennent acte pour la première fois : « une bombe à retardement en matière de santé publique et un repoussoir à touriste ».

Nous avons par ailleurs lu avec attention deux portraits : Yin Myo Su, femme d’affaires écoresponsable birmane investie dans le développement socialement et économiquement durable et la défense du droit des femmes, ou encore Me Nâm, « Mère champignon », blogueuse et activiste militant pour l’environnement et les droits humains.

Nouveauté de cette édition : les indicateurs clefs et représentations graphiques, notamment les pyramides des âges par pays, permettent au lecteur d’avoir un aperçu rapide sur le régime et l’histoire démographique de chaque pays sur près d’un siècle. Cette mise en perspective donne une image du passé, du présent et du futur d’une population et en retrace les tendances essentielles, relevant d’importants contrastes régionaux et présentant les particularités significatives sociopolitiques qui ont marqué leur histoire. Une synthèse visuelle très appréciable qui illustre le phénomène de vieillissement des populations, l’un des défis majeurs à relever pour la Thaïlande selon Stéphane Rennesson.

On ne saurait par exemple appréhender la Thaïlande sans replacer ce pays dans le contexte géopolitique de la région et l’ouvrage se montre des plus pertinent et exhaustif pour comprendre la situation actuelle, ses particularités, ses contraintes et les perspectives.

 

  • Disponible dans les librairies Carnets d’Asie à Bangkok et Phnom Penh
  • www.irasec.com

NB : nous ne pouvions traiter de ces sujets sans penser à Arnaud Dubus, plume de l’Irasec avec lequel il a collaboré sur plusieurs ouvrages antérieurs et dont le décès a bouleversé l’équipe de Latitudes. Arnaud avait rejoint l’ambassade de France en qualité d’attaché de presse depuis quelques mois, après avoir exercé le métier de journaliste durant de nombreuses années en Thaïlande. Il était un expert reconnu de la région Asie du Sud-Est, en particulier de son pays d’adoption, dont il maîtrisait la langue. Arnaud était respecté pour son professionnalisme, sa rigueur, sa connaissance du terrain et la qualité de ses analyses. L’équipe s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches, auxquels elle présente ses sincères condoléances.

No Comments

Post A Comment